Déficit en G6PD : le rôle du médecin généraliste dans le dépistage et la prévention des crises. Thèse soutenue devant la Faculté de Médecine de Marseille, le 01/10/2008 par M. Xavier BERTHO.



Bertho Xavier, Leccia Frédéric (1), Filippi Simon (2), Harlé Jean-Robert (3)
(1) Union Régionale des Médecins Libéraux de Corse
(2) Département Universitaire de Médecine Générale, faculté de médecine de Marseille
(3) Service de Médecine Interne de la Conception, Marseille


Le samedi 11 avril 2009 a été remis dans les locaux de l'URML de Corse, en présence entre autres du professeur Frédéric Galacteros, du Député Maire le docteur Simon Renucci, du docteur Louis Badetti, de M. Jean Arrichi, Directeur de l'ORS de Corse et du docteur Jean-François Abino, chef de service, le prix de thèse de médecine générale " Déficit en G6PD: le rôle du médecin généraliste dans le dépistage de la maladie et la prévention des crises." au docteur Xavier Bertho.
Un chèque d'un montant de 1 500€ a été remis par le docteur Thierry Dahan, trésorier de l'URML de Corse, au lauréat.
Remise du diplôme

   
(Cliquer pour agrandir)

Introduction:

Le déficit en G6PD, ou favisme, se manifeste par des crises itératives d'anémie hémolytique aiguë déclenchées par certains aliments, infections ou médicaments (dont plusieurs couramment prescrits en médecine générale). Le traitement est essentiellement préventif.
En France métropolitaine, 450 000 personnes seraient concernées, essentiellement des migrants venus d'Afrique, d'Asie ou du pourtour méditerranéen.
Aucune donnée n'est disponible concernant la Corse.

Objectifs:

- déterminer le rôle et les outils du médecin généraliste dans la prise en charge des patients atteints.
- évaluer la situation en Corse : connaissances des médecins généralistes, populations concernées.

Méthodes:

- revue de la littérature
- questionnaire téléphonique auprès de 160 médecins généralistes installés en Corse (soit la moitié des omnipraticiens de l'Île) (voir questions ci-dessous).

1. Connaissez-vous le déficit en G6PD, également appelé favisme ? (O/N)
2. Pourriez-vous citer 3 aliments ou médicaments contre-indiqués chez ces patients ?
. ...
3.Connaissez-vous l'existence d'une carte de soins à porter en permanence par le patient ? (O/N)
4.Avez-vous des patients atteints de ce déficit ? (O/N)
Si oui, combien ? ... De quelle origine ?
5. À votre avis, le déficit en G6PD est-il plus fréquent en Corse que sur le continent ? (O/N/ Ne sait pas)

Résultats:

- Depuis 2008, les médecins généralistes disposent de plusieurs outils pour la prise en charge des déficitaires en G6PD: Recommandations alimentaires de l'AFSSA, Référentiel AFSSAPS des médicaments contre-indiqués et Carte de Soins et d'Urgence destinée au patient.
- 97 médecins généralistes sur les 160 interrogés ont répondu au questionnaire. Ils connaissent d'autant mieux cette maladie qu'ils ont des patients atteints par ce déficit. Peu de médecins généralistes connaissent le risque médicamenteux.
Ils totalisent un nombre important de patients concernés (53). Outre 11 patients d'origine indéterminée, 10 Sardes, 5 Maghrébins et 4 Français du Continent, les patients détectés étaient majoritairement corses (23) (voir figure 2).
Répartition des patients
Figure 2 : répartition, en fonction de leurs origines, des 53 patients déclarés lors de l'enquête. On remarque d'abord que la majorité des patients déclarés par leur médecin est d'origine corse : 23 patients sur les 42 d'origine identifiée, c'est-à-dire 55%.
Ce résultat démontre que la Corse est une région à fréquence accrue en déficit en G6PD - c'est d'ailleurs l'avis de la majorité des généralistes qui se sont prononcés lors de cette enquête.

Discussion:

L' « origine corse » d'un patient peut paraître difficile à définir. Impossible, par un tel questionnaire téléphonique, d'évaluer si les parents du patient sont tous deux Corses, et depuis combien de générations.
Le médecin traitant connaît souvent bien le patient, mais aussi son contexte socio-culturel, sa famille. Il paraît donc le mieux placé pour répondre à cette question quelque peu subjective. Quand ils avaient un doute, les médecins interrogés ne se sont pas prononcés.
Le propos était surtout de déterminer si, en Corse, le déficit en G6PD était une « maladie d'importation » touchant essentiellement la population immigrée, comme c'est le cas en France continentale. Cette étude révèle que le déficit en G6PD y concerne avant tout la population autochtone.

Conclusion:

Le médecin généraliste a un rôle essentiel de dépistage des déficitaires en G6PD, puis de prévention des crises. Outre les conseils alimentaires, il délivrera au patient une Carte de Soins et d'Urgence. Avant toute prescription, il consultera le Référentiel AFSSAPS des médicaments contre­indiqués, qui vient combler une lacune dans les connaissances par ailleurs satisfaisantes des médecins généralistes.
En Corse, le déficit en G6PD apparaît plus fréquent qu'en France continentale. Il concerne surtout la population autochtone. Une campagne de dépistage néonatal serait souhaitable pour en préciser la prévalence, identifier les familles atteintes et les informer des moyens de prévenir les crises - comme cela se fait avec succès en Sardaigne.