Directives Anticipées : le rôle du médecin

Toute personne majeure peut rédiger ses directives anticipées (DA). Il s’agit d’instructions écrites qui permettent d’exprimer sa volonté relative à sa fin de vie en ce qui concerne les conditions de la poursuite, de la limitation, de l’arrêt ou du refus de traitement ou d’actes médicaux  pour le cas où elle serait un jour hors d’état d’exprimer sa volonté.

Ces directives anticipées s’imposent au médecin.

Le rôle du médecin traitant est d’informer ses patients de la possibilité et des conditions de rédaction des directives anticipées. Rédiger ses DA est un droit que tout citoyen doit connaitre et pouvoir exercer.

L’accompagnement du patient dans la réflexion et la rédaction de ses DA concerne tous les professionnels de santé et se fait au rythme du patient.. La possibilité de rédiger ses directives anticipées est facilitée par la mise en ligne d’un modèle de formulaire sur le site de la HAS. Pour le consulter, cliquer ICI.

À quoi servent les directives anticipées ?

Les DA permettent d’identifier et de répondre aux souhaits et à la volonté de la personne, malade ou non, quel que soit son âge.

Il est essentiel de répéter inlassablement que ces DA ne seront utilisées que si la personne devient incapable de communiquer et d’exprimer sa volonté, par exemple lors d’un état d’inconscience prolongé et jugé définitif.

Les DA permettent de se préparer aux évènements susceptibles de survenir, en favorisant une meilleure anticipation des soins et des traitements. Elles seront une aide pour les professionnels dans leurs décisions de choix de traitements et interventions.

Les DA s’inscrivent dans une démarche partagée avec le patient où le dialogue et l’écoute sont essentiels. La possibilité de leur rédaction peut être abordée lorsqu’une relation de confiance est établie.

Des modèles sont proposés par la HAS :en cliquant ici