La vidéo-capsule

La Vidéo Capsule Colique (VCC) est une technique d'exploration médicale nouvelle en voie de développement. Elle a la taille d’une grosse gélule et est équipée de 2 objectifs, un avant et un arrière. La capsule ingérée par le patient transmet des signaux vidéo-stockés dans une unité réceptrice portée par le patient. L’exploration a été améliorée en 2009 par la deuxième génération de VCC. Le nombre d’images prises, qui était invariablement de 4 images par seconde avec la première génération, est, dans la deuxième génération, adapté à la vitesse de progression de la capsule. Le nombre d’images varie de 4 en position immobile à 36 images par seconde lorsque la VCC se déplace rapidement. Ceci a permis d’améliorer la visualisation de la muqueuse, en particulier au niveau du côlon gauche où la capsule passe parfois rapidement avec un risque de méconnaître des lésions.

La lecture se fait grâce à un logiciel de lecture avec sur l’écran 2 images visibles simultanément et correspondant chacune à une caméra. Un compte rendu est établi avec, à chaque étage, la qualité de la préparation et les éventuelles lésions.

Une étude a été menée auprès des hépato-gastro-entérologues de la région, en vue de participer aux études faites par un observatoire national, l’ONECC (Observatoire National de l’Endoscopie Colique par Capsule) consacré à l’usage de la vidéo-capsule colique (V.C.C.) en pratique clinique.

Les objectifs de cet observatoire sont les suivants :

  • Permettre l’emploi de la Vidéo Capsule Colique par les hépato-gastro-entérologues dans le respect des bonnes pratiques
  • Assurer le respect des bonnes pratiques, notamment en matière de préparation et d’indications de la Vidéo Capsule Colique,
  • Recueillir des informations épidémiologiques sur le terrain,
  • Identifier les éventuels effets secondaires ou complications liées au dispositif lui-même.

L’observatoire est ainsi constitué par les dossiers des patients recrutés par les praticiens participants et ayant signé une convention fixant les modalités de l’étude avec l’ONECC (incluant une formation à la technique).

En Corse, trois cabinets équipés ont signé cette convention de partenariat et ont été concernés par cette action : Ajaccio – Bastia - Porto Vecchio. L’objectif de l'adhésion à l'ONECC est de permettre à terme le remboursement de cette technique et de présenter également un dossier aux tutelles pour en obtenir la validation.

Dans le cadre des missions définies par la loi, notamment au niveau des actions dans le domaine des soins et de la prévention, l’URPS-ML de Corse a souhaité s’investir dans le développement de ces Vidéo Capsules Coliques dans la médecine libérale.

La vidéocapsule colique est un examen hors nomenclature. Pour l’instant elle n’est ni remboursée ni validée et l’étude menée au niveau national et locale est faite pour promouvoir cette technique, et déterminer les indications à l’avenir.

Les capsules coliques ont un coût restant élevé à la charge des patients. Afin de pouvoir leur faire bénéficier de cette nouvelle technique hors nomenclature, l’URPS-ML de Corse a décidé l’octroi d’une aide financière permettant ainsi aux trois cabinets de pouvoir financer l’achat de ces V.C.C à hauteur de 10 capsules par cabinet. Cette décision a été validée lors de l’assemblée générale du 30 juin 2012 réunissant les membres élus de l’URPS ML de Corse.

L’étude s’est achevée fin 2014. Certains gastro-entérologues continuent d’utiliser la Video Capsule Colique, dont le cout est désormais à la charge du patient.

Quelques chiffres...

  • Au total, 130 sites ont participé à cette étude, dont 3 en Corse.
  • 866 examens exploitables ont été effectués dont 49.6% dans le secteur privé.

Les indications sont divisées en 3 tiers relativement égaux :

  • 32% de coloscopies incomplètes
  • 34% de contre-indication à la coloscopie
  • 34 % de refus de coloscopie

Différentes évaluations de la qualité de la préparation existent. Elle est habituellement jugée en 4 catégories : excellente, bonne, passable et insuffisante.

Concernant les préparations, on a pu noter :

  • 45% de préparations excellentes
  • 34% de bonnes préparations
  • 14 % de préparations passables
  • 7 % de préparations insuffisante

Ces indications ont été validées dans le cadre de l’ONECC.

Perspectives à court et moyen terme

Cette étude a démontré l’intérêt de la Vidéo Capsule Colique en cas de coloscopies incomplètes ou de contre-indication à la coloscopie. Les observations réalisées sur les 3 sites corses rejoignent les observations nationales. Ces résultats devraient être un argument fort pour obtenir le remboursement dans ces indications.

A moyen terme, c’est toute la stratégie de dépistage et de prévention du cancer colique qui est actuellement remise en cause dans le monde, et en France en particulier.

Si la coloscopie est l’examen de référence et le seul examen qui pourra faire reculer la mortalité du cancer du côlon, elle n’est pas exempte de critiques. Des études récentes ont en effet montré les limites de la coloscopie pour faire reculer la mortalité du cancer du côlon droit ainsi que le risque de méconnaître des lésions.

Les derniers résultats de la stratégie de dépistage en population à risque moyen par hémoccult en cours dans l’Europe de l’Ouest, et en particulier en France, sont peu satisfaisants également. Deux études seulement ont un recul supérieur à 20 ans.

Il est à noter que l’évolution importante du nombre d’images à la seconde a été une avancée certaine et que plusieurs améliorations sont encore attendues. Nul doute que des logiciels performants permettront d’aider les gastroentérologues à encore mieux interpréter les examens et à réduire ainsi les temps de lecture si chronophages, à moins qu’un guidage magnétique (déjà disponible pour l’estomac) permette au médecin d’effectuer une endoscopie par VCC en temps réel et en restant devant son écran.

Le problème actuel du coût de l’examen devrait rapidement se résoudre avec les progrès technologiques et si un grand nombre de VCC devaient être produites et commercialisées.